Sexe moderne

RENCONTRES EN 

LIGNE ET INTIMES

Jaser en ligne peut être un excellent moyen de rencontrer des gens et de parler de ce qui t'intéresse. De nos jours, il existe littéralement des applis pour toutes les situations (de la drague aux rencontres, en passant par la recherche d'ami·e·s ou d'un·e partenaire stable).

Un conseil : Tu dois avoir 18 ans ou plus pour utiliser ce type d'applis dans la plupart des cas. 😉

Il existe de nombreux moyens de rencontrer des gens, mais si tu songes à utiliser une appli, consulte l'information que nous avons compilée pour toi ci-dessous, y compris une liste de 8 conseils de sécurité donnés par des habitués des applis de rencontre.

La sécurité avant tout
Fais le point avec toi-même. Essaie de déterminer tes attentes avant d'utiliser les applis de rencontre et ce que tu espères en retirer. Prends vraiment le temps de réfléchir à ton état émotionnel. L'utilisation d'applis de rencontres peut être une expérience très différente si elle est motivée par l'ennui, la solitude, la tristesse ou le sentiment de rejet, plutôt que parce que tu te sens allumé·e, confiant·e ou heureux·se.
Vas-y à ton rythme! Essayer différentes applis et trouver celle qui te convient le mieux peut prendre du temps. N'oublie pas que c'est censé être l'fun et qu'il n'y a aucune urgence ou pression d'avoir des relations intimes avec quelqu'un que tu as rencontré sur une appli, sauf si vous le souhaitez tous les deux.
Sur les applis, les gens utilisent parfois des codes que tu ne connais peut-être pas (par exemple, DTF, play party, ou jeux d'urine). Si quelqu'un utilise un mot dont tu n'es pas sûr·e, nous te recommandons de vérifier le sens avant de poursuivre la conversation. De cette façon, tout le monde sait dans quoi il s'embarque 🤓
Tu n'es pas obligé·e de parler à qui que ce soit si tu n'en as pas envie. Si tu te sens mal à l'aise ou si tu as un mauvais pressentiment à propos d'une personne, fie-toi à ton instinct et tiens-toi loin #byebyejetebloque. (P.S. Connaître tes limites pourra t'aider).
Sois prudent au moment de transmettre des renseignements personnels avec des personnes que tu ne connais pas encore, comme ton adresse, ton école, ton lieu de travail ou même tes renseignements bancaires (oui, certaines personnes les demandent!). Tu n'es pas obligé·e de donner ces renseignements à qui que ce soit si tu ne le veux pas. Tu peux décider d'échanger vos noms d'utilisateur sur les médias sociaux avec une personne rencontrée sur une appli, juste pour confirmer qu'elle est bien qui elle dit être. Ou bien, tu peux préférer utiliser des applis de textos anonymes comme Kik. En fin de compte, c'est à toi de faire ce qui te semble le mieux pour toi et ta sécurité!
Songe à faire un appel vidéo ou téléphonique avant la rencontre. Il est parfois difficile de se faire une idée sur une personne si la communication se limite à des textos. Si tu hésites à rencontrer quelqu'un en personne, pense à faire d'abord un appel vidéo ou téléphonique pour te faire une idée plus précise à son sujet. Ces appels peuvent être très instructifs - et peuvent être amusants et sexy! Et comme pour le point 4, si ton instinct te dit que c'est non après l'appel, fais-lui confiance et met fin à la communication avec cette personne.
Prévois d'aller dans un endroit public pour la première rencontre. Si tu décides de plonger et de rencontrer quelqu'un en personne - et avouons-le, c'est pour ça qu'on utilise les applis! - pense d'abord à tenir la rencontre dans un endroit public, comme un parc, un café ou ton bar préféré. De cette façon, tu peux avoir un premier contact en personne dans un environnement plus sécuritaire où vous n'êtes pas seuls. De plus, il est toujours utile d'apprendre à mieux connaître quelqu'un en le voyant dans un endroit public!
Préviens un·e ami·e! Quel que soit l'endroit où tu rencontres cette nouvelle personne, il est préférable de dire à un·e ami·e où tu vas. Envoie-lui l'adresse par texto ou communique ta position géographique. Vous pouvez même convenir d'une heure à laquelle ton ami·e devra prendre de tes nouvelles, ou à laquelle tu lui feras savoir comment ça se passe (par texto ou par téléphone). Nous ❤ le soutien de nos amis!

Tu envoies des photos de toi nu·e?

Le sextage peut être l'fun et sexy (que tu sois sur des applis ou n'importe où dans le cyberespace)! Voici quelques choses utiles à garder en tête pour que tu puisses te sentir 💯 si tu vas de l'avant!

Lorsque tu envoies des photos ou des vidéos à quelqu'un, il est bon de lui parler de ce qu'il peut ou ne peut pas faire avec ce que tu lui as envoyé. La triste réalité est que tu ne contrôles plus les photos, vidéos ou sextos envoyés. L'autre personne peut l'enregistrer, la partager, l'envoyer ou la publier où et à qui elle veut. Il n'est PAS acceptable qu'elle fasse cela, et il y a des implications pénales si une photo ou une vidéo à caractère sexuel d'un mineur (c'est-à-dire toute personne âgée de moins de 18 ans) a été partagée ou distribuée. Si vous avez moins de 18 ans et que vous avez ou avez eu une photo ou une vidéo à caractère sexuel téléchargée sur l'internet et que vous cherchez de l'aide, consultez les sites suivants NeedHelpNow.ca.
Que faire si tu reçois des messages sexuels, des photos ou des vidéos ? Eh bien, vous avez la responsabilité de respecter la vie privée et les souhaits de l'autre personne, et TOUJOURS demander la permission avant de les montrer à d'autres personnes.
En passant, un petit conseil si tu envoies des photos nues : pense à envoyer des photos où on ne voit pas ton visage, tes tatouages ni tout autre signe distinctif!
Pour plus d'information sur le sextage et la loi, consultez cet excellent article de l'Ontario Women's Justice Network : Le sextage et la loi sur le partage d'images intimes.

Une petite vite en éducation sexuelle

Et si vous êtes passé de la messagerie à une rencontre en personne?
Si ça roule lorsque vous êtes ensemble en personne, n'oubliez pas votre santé sexuelle! Souvent, sortir avec quelqu'un qu'on a connu par une appli équivaut à sortir avec quelqu'un que tu ne connais pas tant que ça. Ça peut être très excitant si tu aimes ce genre de chose. Pour que l'expérience reste positive pour tout le monde, pense aux choses que tu peux faire, dire ou demander à ce·tte nouveau·elle partenaire pour avoir des relations sexuelles plus sûres et plus agréables!

Par exemple, si vos messages sont devenus très sensuels avant la rencontre en personne, pense à apporter des condoms. Si tu crains d'entamer une conversation sur le sexe sécuritaire en personne, tu peux toujours en parler lors d'un échange en ligne, avant la rencontre. Vous pouvez parler de la dernière fois que chacun d'entre vous a passé des tests de dépistage, des pratiques que vous préférez pour être plus sécuritaires, etc. Il existe de nombreuses méthodes de prévention que vous pouvez utiliser, de la communication ouverte à l'utilisation de condoms et de lubrifiants, en passant par le dépistage régulier et la PrEP ou la PPE. En connaissant toutes les possibilités qui s'offrent à vous, vous pourrez choisir les méthodes de prévention qui vous conviennent le mieux, à toi et à tes nouveaux partenaires!
Parfois, on a l'impression qu'il est difficile de parler de sexe sécuritaire avec une personne que nous venons de rencontrer sur une appli - et ça peut être intimidant, surtout si tu n'as pas l'habitude de le faire. Mais le fait de pouvoir demander ce que tu veux peut faire passer ta vie sexuelle et amoureuse à un niveau supérieur, afin que toi et tes partenaires puissiez en profiter davantage! Et si la personne réagit mal, c'est peut-être le signe que tu dois te demander si tu veux vraiment coucher avec elle. Ta santé sexuelle est importante, et tu mérites d'être respecté·e.

Voici
quelques moyens d'entamer la conversation :
  • « Je serais plus à l'aise si on utilisait des condoms. J'aime les [insère le nom de ton type de condom préféré]. »
  • « Je suis sous PrEP et je passe des tests de dépistage assez régulièrement, et toi? »
  • Je veux être à l'aise et prêt·e pour toi, alors j'aime utiliser du lubrifiant. Tu peux m'en mettre?"

Utilisation d'applis : niveau 10000

En plus de parler de sexe sécuritaire, tu peux profiter des convos en ligne pour parler de tes goûts et du type de choses que tu aimerais faire avec l'autre personne. En étant ouvert·e et honnête sur ce que tu aimes, tu t'assures que chaque personne sait dans quoi elle s'engage et apprécie l'expérience.

De plus, cela peut donner lieu à une conversation cochonne amusante! Tu trouveras ci-dessous des suggestions 😉 (remplis les espaces libres comme tu le veux!!):
  • « J'ai toujours voulu essayer ___, qu'en penses-tu? »
  • « J'aime vraiment ça quand mon ou ma partenaire ___. »  
  • « Je sais que beaucoup de gens aiment ___, mais ce n'est vraiment pas mon truc. Si on essayait plutôt ___ ? »
Certaines personnes peuvent indiquer leur statut VIH sur leur profil, en précisant par exemple « indétectable » ou  « sous PrEP ». Cette pratique est assez courante sur Grindr, une appli populaire dans la communauté gaie. Lis cette histoire,dans laquelle une personne vivant avec le VIH parle de son expérience de dévoilement de son statut VIH sur Grindr.

La réalité des applis

Toutes les personnes avec lesquelles tu clavardes ne réagissent pas forcément bien aux conversations sur la santé sexuelle ou ne sont pas ouvertes à l'idée de parler de choses liées au plaisir, mais ne te laisse pas décourager! Tu as le droit de prendre soin de ta santé sexuelle et cela fait partie intégrante de ta sécurité quand tu utilises des applis de rencontre.

Malheureusement, Internet peut faire ressortir les pires comportements chez certaines personnes. Certaines personnes font des commentaires déplacés sur le corps, le profil, la race, la taille ou n'importe quoi d'autre. N'oublie pas que c'est généralement le reflet de leurs insécurités ou de leur honte intériorisée.

⚠ N'OUBLIE PAS , tu peux signaler ce comportement par l'appli et t'adresser à des ressources comme Jeunesse, J'écoute ou LGBT Youthline si tu as besoin de soutien.


Tu as le droit et le pouvoir de décider de continuer ou non de parler à cette personne. La plupart du temps, la meilleure chose à faire est de bloquer cette personne et de passer à autre chose.

En fin de compte, les applis sont censées être amusantes et t'aider à rencontrer de nouvelles personnes. Si tu te rends compte que ce n'est pas le cas, il est peut-être temps de faire une pause et de trouver d'autres moyens de rencontrer des gens.

Histoires de drague

Par « Celui qui met ses limites »

#PasLeGoûtDeMeFairePisserDessus

Les rencontres en ligne sont... bizarres. Parfois, le premier message que tu reçois d'un gars, c'est « Salut, est-ce que je peux te pisser dessus? ». Au moins, il a demandé. Parfois, tu dois t'astiner sur Bumble. Parfois, tu ne réponds pas en 10 minutes et tu te fais traiter de « maudite bitch ». Et puis il y a ces fois où des hommes plus âgés t'envoient un message « Salut (nom) » avec une photo d'un joli bouquet de fleurs sur la plage. Et puis ils disparaissent dans le soleil couchant aussi doucement qu'ils sont venus, et tu n'entends plus jamais parler d'eux.

Je n'ai toujours pas trouvé l'amour, mais ces expériences m'ont appris à fixer des limites et à mieux savoir quand fixer une limite et passer à autre chose. En fait, je n'ai pas besoin de continuer à répondre à quelqu'un qui n'accepte pas «non» comme réponse alors que je n'ai vraiment pas envie qu'on me pisse dessus. Je n'ai pas besoin d'aider d'autres personnes, qui sont en fait des étrangers, à gérer leurs émotions, en ayant peur de leur réaction ou en me sentant coupable d'être honnête sur ce que je veux. J'ai aussi appris que je peux me faire envoyer promener par quelqu'un (une de mes grandes peurs et la raison pour laquelle je me résous à faire plaisir aux autres et à me sentir coupable) tout en restant en sécurité et en bonne santé.

Peut-être qu'un jour, quelqu'un ne voudra pas seulement me pisser dessus, mais m'invitera à une belle rencontre qui impliquera un respect mutuel et des sentiments agréables. J'ai appris que tout le monde n'est pas un païen (je blague bien sûr, ha ha!) et que si je peux garder mes limites, je peux expérimenter la vulnérabilité et l'ouverture tout en restant fidèle à moi-même.

Les rencontres en ligne sont... bizarres. Parfois, le premier message que tu reçois d'un gars, c'est « Salut, est-ce que je peux te pisser dessus? ». Au moins, il a demandé.
Par « Celui qui met ses limites » #PasLeGoûtDeMeFairePisserDessus

Par « L'éducateur opportun »

#QuandDévoiler

Quand faut-il dévoiler son statut? Après avoir reçu un diagnostic de VIH, j'ai fait une pause sur le plan sexuel et amoureux. Lorsque j'ai décidé qu'il était temps de recommencer, j'ai vite réalisé qu'il y avait un nouveau bout d'information que je devais dévoiler, que la rencontre soit une promenade ou une aventure au lit. Au début, le plan était d'apprendre à les connaître, puis de leur dire quand je commençais à avoir des sentiments pour eux ou quand je sentais que le moment était venu pour nous d'enlever nos vêtements. Parfois, je recevais un « Merci de me l'avoir fait savoir, ça ne me pose pas de problème » poli (puis ils arrêtaient de me texter et je ne les revoyais plus). D'autres fois, c'était « Ça va, je suis positif aussi » ou « je suis sous PreP ». Je suppose que j'ai de la chance de ne pas avoir vécu d'histoires d'horreur où quelqu'un a paniqué ou s'est révélé être un connard.

Mon autre approche était de leur dire par texto avant la rencontre. Cela a bien fonctionné car s'ils réagissaient bien, le rendez-vous avait lieu et sinon, ça s'arrêtait là. Mon but était d'être franc et honnête (et de ne pas être blessé ou d'avoir une conversation difficile en personne). Les gens peuvent être très mal à l'aise quand vous leur dites quelque chose à laquelle ils ne s'attendaient pas ou dont ils ne savent rien (et c'est tout à fait normal).

Mon approche actuelle : c'est dans la bio de mon profil. J'écris généralement I=I pour faire allusion à mon statut. La plupart du temps, les gens savent ce que ça veut dire. J'en parle également au cours d'une conversation pour évaluer la situation. S'ils ne savent pas ce que cela signifie, c'est une bonne occasion de les informer.

Il est important de trouver ce qui fonctionne pour toi et de te rappeler que quelqu'un d'autre reçoit l'information et que tu n'es pas le ou la seul·e concerné·e. Fais preuve de courage mais aussi de compassion si quelqu'un a besoin d'une minute pour assimiler ce que tu lui as dit.

Quand faut-il dévoiler son statut? Après avoir reçu un diagnostic de VIH, j'ai fait une pause sur le plan sexuel et amoureux. Lorsque j'ai décidé qu'il était temps de recommencer, j'ai vite réalisé qu'il y avait un nouveau bout d'information que je devais dévoiler...
Par « L'éducateur opportun » #QuandDévoiler

Par « Monsieur Mou »

#DurDurD'êtreDur

J'avais hâte de baiser avec cette fille géniale rencontrée sur Tinder. Ça allait être ma première aventure. Je n'avais jamais couché avec quelqu'un que je ne connaissais que depuis 24 heures. L'idée m'excitait et m'effrayait en même temps.

Après avoir jasé pendant quelques minutes, nous avons commencé à nous embrasser et à nous déshabiller, tranquillement. Quand elle m'a pris la queue, l'histoire a mal tourné. « Qu'est-ce qui ne va pas ? » m'a-t-elle demandé. Elle s'est alors rendu compte que mon érection avait disparu et que mon pénis m'avait trahi au moment où j'en avais le plus besoin.

Des milliers de voix se sont mises à résonner dans ma tête. « Je ne suis pas assez bon, je suis un raté, je ne suis pas un "vrai" homme ». Mon estime de moi en a pris un coup, ce qui a encore plus nui à ma capacité de bander. J'avais honte de moi. Je ne savais pas ce qui clochait chez moi. Je pensais que j'avais peut-être une dysfonction érectile. Mais je bandais quand on s'embrassait. Ça n'avait aucun sens pour moi.

À l'époque, je ne savais pas que c'était une chose courante. Ça peut arriver à n'importe qui, à n'importe quel âge. Si vous êtes trop anxieux pendant l'acte sexuel, tout le sang qui est censé aller à une tête (celle de votre pénis), finit par aller à l'autre tête. (Ce n'est peut-être pas l'explication la plus exacte sur le plan scientifique.) Mais la fille était très compréhensive. Nous avons parlé et nous nous sommes collés toute la nuit jusqu'à ce que nous nous endormions. Le lendemain matin, au réveil, nous avons recommencé à faire l'amour et cette fois, mon érection est restée. Ça a marché parce que j'ai laissé tomber la pression de la performance et décidé me laisser aller.

Cette expérience m'a fait prendre conscience du danger de juger ma valeur par mes prouesses sexuelles. Ça met beaucoup trop de pression sur les épaules. Je juge ma valeur en fonction de la personne que je suis, pas en fonction de ce que mon pénis peut faire. Donc, quand je perds mes érections, je ne me sens plus comme un raté. Je me rappelle que c'est juste de la biologie.

Les rencontres occasionnelles sur Tinder ne me font plus peur du tout. Si une fille réagit mal à mon érection ou manque d'érection, c'est son problème à elle, pas le mien. C'est le filtre parfait pour éliminer les personnes qui ne me méritent pas.

... mon pénis m'avait trahi au moment où j'en avais le plus besoin.
Par « Monsieur Mou » #DurDurD'êtreDur

« Le rêve du casanier »

#SuisTonInstinct

Je n'étais pas vraiment du genre à regarder un étranger dans les yeux dans un bar...

... et ça n'a pas changé. Il y a quelques années, après une rupture très douloureuse, j'ai commencé à utiliser des sites et applis de rencontre. Rencontrer des gens dans le confort de ma propre maison, sans avoir à quitter mon lit! C'était le rêve de toute personne casanière. Mais ce que j'ai le plus aimé, c'est que je me sentais plus en contrôle de mes conversations et de mes rendez-vous, car je pouvais faire mes recherches avant de les rencontrer en personne. C'était très valorisant; j'ai toujours trouvé difficile de rejeter ou d'ignorer les gens dans la vraie vie, surtout par peur de leur réaction potentiellement violente. En ligne, c'est facile d'ignorer les gens grâce à la fonction « bloquer l'utilisateur ».

Je venais de déménager au Royaume-Uni lorsque j'ai rencontré mon partenaire actuel sur OkCupid. Je voulais rencontrer de nouvelles personnes pour explorer ce que mon nouveau chez-moi avait à offrir. Lors de notre premier rendez-vous, nous avons marché dans la ville pendant des heures et des heures, découvrant ensemble de nouveaux endroits. Au cours des rendez-vous suivants, nous nous sommes beaucoup amusés et, surtout, je me suis senti en sécurité et à l'aise. Nous avons fini par emménager ensemble, nous sommes revenus au Canada et nous sommes ensemble depuis.

Mais tous mes rendez-vous ne se sont pas passés aussi bien. Les messages que j'ai reçus en ligne n'étaient pas tous agréables. Allant de la fétichisation aux menaces, il y a eu tellement de moments qui m'ont mis en colère, effrayé et découragé.

S'il y a quelque chose que j'ai appris de mes expériences de rencontres en ligne, c'est que les rencontres doivent être amusantes. Ça doit être agréable! Tu mérites de t'amuser lors d'un rendez-vous, de te sentir heureux, de flirter et d'être à l'aise. Si quelque chose - en particulier ton intuition - te dit que quelque chose ne va pas, même un tout petit peu, rappelle-toi de te faire confiance. Si tu es prêt·e à prendre des précautions et à trouver le courage de te lancer, les rencontres en ligne peuvent s'avérer utiles, amusantes et enrichissantes.

Je n'étais pas vraiment du genre à regarder un étranger dans les yeux dans un bar... et ça n'a pas changé. Il y a quelques années, après une rupture très douloureuse, j'ai commencé à utiliser des sites et applis de rencontre.
« Le rêve du casanier » #SuisTonInstinct

Par « Le cadeau du ghosting »

#LeçonApprise

Après six mois de confinement, je commençais à me sentir vraiment seule. J'allais avoir 19 ans et ma seule relation amoureuse jusque-là avait été un petit ami pendant deux mois quand j'avais 14 ans. J'ai donc créé un profil sur un site de rencontre. Je ne cherchais pas vraiment un petit ami, je voulais juste avoir une conversation agréable et voir où les choses pouvaient aller à partir de là. Mon premier « match » était un gars que je trouvais vraiment super beau. Notre premier appel vidéo a duré 3 heures, et j'ai pensé que nous avions cliqué. J'étais peut-être tombée sur la bonne personne dès mon premier essai! L'appel vidéo suivant a duré 5 heures. Le suivant, 6 heures. Mais je me suis rendu compte au quatrième appel que nous n'avions jamais dépassé le stade des banalités. Cela faisait un mois et je ne voyais pas où ça allait. Je ne savais pas comment aborder le sujet. Ce n'était pas que quelque chose n'allait pas, je ne voulais simplement pas être dans une relation avec lui. Mais j'ai continué à parler et à parler et à parler... Mais tout cela n'a servi à rien, car il a fini par disparaître. Je ne me suis jamais sentie aussi soulagée. Je regrette de ne pas avoir mis fin à cette situation plus tôt - ça nous aurait épargné beaucoup de temps et, honnêtement, des efforts inutiles, à tous les deux. Maintenant, si je ne vois pas d'avenir avec quelqu'un, je laisse tomber tout de suite.

L'appel vidéo suivant a duré 5 heures. Le suivant, 6 heures. Mais j'ai réalisé au quatrième appel que nous n'avions jamais dépassé le stade des banalités.
Par « Le cadeau du Ghosting » #LeçonApprise

Par « L'apprenant à vie »

#ConnexionsPositivesSeulement

J'utilise des applis pour rencontrer des gars depuis que j'ai 18 ans. En tant que natif numérique qui a fait son coming out à l'adolescence, les sites Web et les applis ont été une partie importante de ma vie sexuelle et amoureuse. Ils m'ont conduit à des aventures d'un soir, des relations à long terme, des aventures saisonnières, des relations mentor-mentoré et des amitiés de plusieurs années. Comme beaucoup d'autres, j'en suis sûr, ils m'ont aussi causé des chagrins d'amour, des frustrations et de la confusion alors que j'étais une jeune personne en pleine croissance et que j'apprenais à connaître mon identité sexuelle, à affirmer mes limites et à découvrir qui je suis au lit (ou dans la cuisine, dans le parc ou dans les toilettes publiques), ainsi qu'à découvrir qui je suis en tant que personne et membre de la communauté queer.

Dix ans et un diagnostic de VIH plus tard, je suis toujours en train d'apprendre. Le fait d'être séropositif a définitivement changé mon expérience avec les applis. Lorsque j'ai reçu mon diagnostic, j'ai hésité avant de décider si je voulais indiquer mon statut VIH dans mon profil. Lorsque mon profil indique que je suis séropositif, je reçois beaucoup moins de messages et de réponses d'autres gars que lorsque mon profil indiquait « négatif » ou que je n'indiquais rien. Je reçois également des questions et des commentaires indiscrets et stupides (allant de « Qui t'a fait ça? » à « As-tu poursuivi le gars? » en passant par « Désolé, je ne prends pas ce risque » et « Beurk, non »). Mais il y a aussi des avantages à indiquer que je suis séropositif. Tout d'abord, ça élimine tout de suite les gars qui ne veulent pas m'envoyer de messages à cause de mon statut (il y a de fortes chances qu'ils ne m'intéressent pas non plus). Je trouve également que les gars qui ne portent pas de jugement sur mon statut, avec qui je finis par établir un lien, sont plus aptes à avoir des discussions ouvertes et franches sur la santé sexuelle, les identités et le plaisir, et c'est là que j'ai trouvé les meilleures connexions et expériences.

J'utilise des applis pour rencontrer des gars depuis que j'ai 18 ans. En tant que natif numérique qui a fait son coming out à l'adolescence, les sites Web et les applis ont été une partie importante de ma vie sexuelle et amoureuse.
Par « L'apprenant à vie » #ConnexionsPositivesSeulement
Merci! Votre demande a été reçue.
Oups! Un problème est survenu lors de la soumission du formulaire.