Consommation de substances psychoactives

DÉPENDANCE ET
SURDOSE 

Comment réagir à une surdose?

Chacun entretient une relation différente avec les substances. Parfois, la consommation de substances ne s'avère pas aussi utile ou agréable que tu le croyais. Tu n'as peut-être pas aimé ce que tu as ressenti, tu as peut-être fait un mauvais trip et tu aurais voulu qu'il se termine plus tôt, ou tu as peut-être fait une surdose.

Réfléchir à quand et pourquoi tu te tournes vers les substances pourrait t'aider à mieux comprendre les émotions plus profondes qui pourraient contribuer aux expériences négatives de la consommation de substances. Certaines personnes peuvent modifier la fréquence et la quantité de leur consommation, voire arrêter complètement. Quelle que soit la voie que tu choisis, elle est valable.

sac

Comprendre la dépendance

La consommation régulière de substances peut entraîner des changements plus durables dans ton cerveau, et lorsque tu ressens le besoin de consommer régulièrement une substance pour te sentir bien, tu peux en devenir dépendant·e. Les cas suivants peuvent indiquer que tu es dépendant·e d'une substance :
  • Tu deviens tolérant·e à la même quantité de substance et tu as besoin d'une plus grande dose pour en ressentir les effets.
  • Tu ressens des effets de manque lorsque tu ne consommes pas la substance.
  • Tu as l'impression que tu devrais être capable de mieux contrôler ta consommation, ou la substance occupe beaucoup tes pensées.
  • Tu passes beaucoup de temps à te remettre de ses effets.
  • Tu abandonnes plusieurs activités sociales ou autres qui te plaisent afin de trouver du temps pour la consommation de substances.
  • Tu continues à consommer même si des problèmes physiques ou des problèmes de santé mentale apparaissent ou s'aggravent.
La dépendance peut toucher toute personne qui consomme n'importe quelle substance, et il n'y a aucune honte à être dépendant·e d'une substance. Si tu remarques que ta tolérance augmente, tu peux envisager de faire des pauses pour la réduire*. Il pourrait également être utile de t'écouter pour savoir si ta consommation de substances répond à tes besoins. Si tu constates que la dépendance à une substance commence à t'affecter d'une manière que tu veux changer, il peut être utile d'explorer d'autres options pour remplacer ou compléter ta consommation de substances. Par exemple, la méthadone est une substance légale utilisée comme traitement pour les personnes dépendantes des opioïdes. Les programmes de méthadone proposent également des interventions telles que le counseling et d'autres services de santé - clique ici pour en savoir plus.

*Rappelle-toi que le fait de prendre une pause pour réduire ta tolérance signifie que ton corps s'habitude à une baisse, voire un arrêt, de la consommation. Si tu recommences à consommer cette substance à l'avenir, songe à prendre une dose moins importante qu'avant, car ton corps peut y réagir différemment après une pause. Par exemple, commence doucement lorsque tu bois de l'alcool après ne pas en avoir bu pendant un certain temps. Cela peut t'aider à réduire les risques de surdose.
Comprendre la dépendance

Surdose 101

On parle de surdose lorsqu'on prend une quantité de substance supérieure à ce que le corps peut supporter. Tu peux faire une surdose avec la plupart des substances, mais certaines surdoses peuvent être plus dangereuses que d'autres. Par exemple, la prise d'une quantité d'hallucinogène plus importante que ce que ton corps peut supporter peut entraîner un long et mauvais trip et te laisser émotionnellement perturbé·e pendant quelques jours. D'un autre côté, prendre une dose plus importante de dépresseur que ce que ton corps peut supporter peut ralentir ou arrêter ta respiration, ce qui nécessite une attention médicale urgente.⚠️

Avec les drogues illégales ou non réglementées, tu ne peux pas toujours savoir quelle quantité tu reçois, quelle est leur force ou leur puissance, ni si elles ont été coupées ou contaminées par d'autres substances ou des produits de remplissage. C'est pourquoi les surdoses sont plus fréquentes avec les drogues illégales ou non réglementées qu'avec celles qui sont légales ou avec les médicaments qui t'ont été prescrits. Le fait de ne pas savoir ce que contiennent les substances que tu consommes, ou quelle est leur puissance, peut accroître le risque de surdose. Pour obtenir des conseils sur la manière de réduire les risques de surdose et d'utiliser les substances de manière plus sécuritaire, consulte nos conseils de réduction des méfaits ici.
En ce moment, le Canada connaît une crise de contamination des drogues.

Des taux très élevés de personnes meurent d'une surdose. On parle davantage des opioïdes  parce que beaucoup de gens les utilisent pour gérer leurs douleurs physiques, leurs traumatismes, leur santé mentale, etc.

Il est courant que la cocaïne, le crack et les opioïdes soient contaminés par d'autres substances et des produits de remplissage. Le fentanyl est un opioïde qui est souvent dilué car il est très puissant. Mais comme l'approvisionnement en drogues est devenu imprévisible, de nouveaux produits contaminants sont trouvés en permanence. Dernièrement, on a constaté une augmentation des surdoses dues à la contamination par des benzodiazépines dans l'approvisionnement en fentanyl. La substance utilisée pour couper les drogues pourrait changer. 

Certains organismes et centres communautaires proposent des services d'analyse des drogues que les gens utilisent pour vérifier leurs substances avant de les consommer. Ces services peuvent déterminer si les substances sont coupées avec quelque chose, et si oui, avec quoi. Ils ne servent pas qu'à analyser les downers - tu peux apporter d'autres substances, comme des stimulants et des hallucinogènes, pour les faire tester. Faire analyser son stock avant de le consommer ou de le partager peut être un moyen de prendre soin de sa santé, de son bien-être et de sa sécurité.

Surdose 101

Réagir à une surdose

Réagir à une surdose signifie reconnaître la différence entre une personne qui se repose, qui s'amuse ou qui peut avoir besoin de ton aide. En apprenant à quoi ressemble une surdose et comment réagir, tu pourrais sauver la vie de quelqu'un et tu ne seras pas poursuivi pour avoir utilisé ou possédé des substances illégales.

Au Canada, la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose protège toute personne contre des accusations comme la possession de substances illégales lorsqu'elle contacte les services d'urgence pour prêter secours à une personne qui fait une surdose. Toutefois, il y a certaines choses que la Loi ne couvre pas. Renseigne-toi ici!
Naloxone

Si tu as entendu parler des opioïdes, tu as peut-être aussi entendu parler de la naloxone. La naloxone est un médicament à action rapide qui est utilisé pour annuler temporairement les surdoses d'opioïdes. Elle peut ramener la respiration d'une personne en 2 à 5 minutes après son administration et son effet dure environ 20 à 90 minutes. Bien que la naloxone n'agisse que sur les substances contenant des opioïdes, il vaut la peine de l'administrer même si tu n'es pas sûr·e de la nature de la surdose. Le seul effet de la naloxone est d'annuler les surdoses d'opioïdes, donc rien d'autre ne se produira si elle est administrée plusieurs fois, ou si la personne fait une surdose de benzodiazépines, ou d'une autre substance, et non d'opioïdes. En cas de doute, utilise la naloxone!

La naloxone se présente sous deux formes : un vaporisateur nasal ou une injection intramusculaire. Au Canada, on peut se procurer la naloxone dans la plupart des pharmacies! 🙌 Il suffit de fournir sa carte d'assurance maladie. Si tu n'as pas de carte, consulte les unités de santé publique locales, les centres communautaires ou les groupes de réduction des méfaits de ta région - ils peuvent te fournir gratuitement de la naloxone, ainsi que des renseignements et des ressources!

Réagir à une surdose de downers

Lorsqu'une personne a fait une surdose de downers, tu remarqueras peut-être une couleur gris bleu autour de la bouche et sur les doigts, une peau froide ou moite et des pupilles minuscules. La personne peut aussi émettre des sons profonds et des gargouillements. Parfois, sa respiration s'est ralentie ou arrêtée, ou elle est totalement inconsciente. Si la personne ne respire pas ou ne réagit pas lorsque tu lui parles, voici ce que tu dois faire :
  • Crie le nom de la personne ou essaie de la réveiller en faisant du bruit. Si elle ne réagit pas au bruit, tu peux également essayer de la pincer à l'endroit situé entre son cou et son épaule.
  • Si elle ne répond pas ou ne respire pas, appelle le 9-1-1. Il est important que la personne qui a fait une surdose soit examinée par un médecin.
  • Penche sa tête vers l'arrière et vérifie que rien n'obstrue ses voies respiratoires. Ensuite, procède à la respiration artificielle - pince son nez et donne-lui deux grandes respirations, et vérifie que sa poitrine se soulève lorsque tu insuffles de l'air.
  • Si la personne ne réagit toujours pas, continue à insuffler de l'air toutes les cinq secondes. La respiration est très importante car le cerveau a besoin d'oxygène pour survivre - les lésions cérébrales peuvent commencer quelques minutes seulement après une surdose. 🧠
  • Administre la naloxone. Si possible, demande à quelqu'un d'autre de continuer à lui donner la respiration pendant que tu prépares la naloxone. Assure-toi d'avoir appelé le 9-1-1 avant d'administrer la naloxone, afin que les soins médicaux d'urgence soient en route et arrivent avant que tu n'aies terminé.
  • Si rien n'a changé après quelques minutes, administre une autre dose de naloxone dans l'autre narine ou dans l'autre jambe, et poursuit la respiration artificielle.
  • Si elle commence à respirer, placez la personne en position de récupération. Cela signifie que la personne doit être placée sur le côté, un bras sous la tête et la jambe opposée allongée devant la personne. Assure-toi que la personne n'est pas sur le dos ou sur le ventre pour faciliter sa respiration et pour éviter qu'elle ne s'étouffe si elle vomit.
  • Reste avec la personne jusqu'à l'arrivée des services d'urgence.
  • Rappelle-toi qu'après avoir été réanimées par la naloxone, certaines personnes peuvent être irritables, en colère ou frustrées d'avoir été réanimées. La naloxone peut provoquer des symptômes comme le sevrage, ce qui peut être une expérience désagréable. Aussi calmement que possible, explique-lui ce qui s'est passé et dis-lui qu'elle se sentira mieux dans 30 à 75 minutes.
*** On peut recourir à la RCP et aux compressions thoraciques si la personne ne respire pas et que personne n'a été témoin de la surdose. En cas de surdose soupçonnée ou observée, à moins que la personne ne soit en arrêt cardiaque, essaie de privilégier la respiration de secours plutôt que les compressions thoraciques. ***

Réagir à une surdose d'uppers

Lorsqu'une personne a fait une surdose d'uppers, elle peut ressentir un essoufflement, des nausées, des sueurs, de l'anxiété, ainsi que des douleurs et des engourdissements dans la poitrine, les bras et le cou. Parfois, le cœur s'emballe, les yeux s'agitent et la personne peut avoir des convulsions ou une crise cardiaque. Si une personne fait une surdose d'uppers, voici ce que tu peux faire :
  • Appelle le 9-1-1.
  • Reste avec elle. Rappelle-toi que l'oxygène est essentiel - essaie de l'encourager à respirer lentement et profondément en même temps que toi. Essaie de garder la personne calme, autant que possible.
  • Si possible, prends de la glace, des serviettes humides ou des couvertures qui ont été placées au congélateur pour aider à faire baisser la température de son corps. Les uppers ont tendance à provoquer une hausse de la température corporelle et de l'agitation, alors rester au frais peut aider. Veille simplement à les retirer au bout de quelques minutes pour éviter que la personne ne tombe en hypothermie.
  • Retire de la pièce tout ce qui pourrait constituer un obstacle si la personne fait une crise convulsive. Il peut s'agir de meubles comme des tables ou des chaises.
ambulance
*** Parfois, quand on fait le 9-1-1, la police arrive avec les ambulanciers. Certaines personnes qui veulent éviter tout contact avec la police se contenteront de décrire les symptômes de la personne, au lieu de dire qu'il s'agit peut-être d'une surdose. Cela peut réduire la probabilité que la police arrive sur les lieux. Par exemple : « La personne est inconsciente et ne répond pas quand je dis son nom. » ***
ambulance

Après une surdose

Pour de nombreuses personnes, le fait de subir ou d'être témoin d'une surdose peut être traumatisant. Lorsque les survivant·e·s reprennent conscience (ou redescendent de leur état d'euphorie), ils ou elles peuvent être en état de manque, désorienté·e·s, irrité·e·s, malades ou en douleur. Après l'expérience, il se peut que tu aies à gérer des pensées et des sentiments lourds et que tu ne saches pas quoi faire. Trouver les formes appropriées de soutien ou les stratégies pour t'aider à faire face à ces expériences peut être un point de départ, dès que tu te sentiras prêt·e.

N'oublie pas que, peu importe où tu en es dans ton parcours de consommation de substances, tu mérites toujours l'amour, l'attention et le respect. 💞

Si tu souhaites parler de ta consommation de substances psychoactives à un pair formé à cet effet, sans jugement, le 
Service national d'intervention en cas de surdose est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et peut être joint par téléphone au 1-888-688-NORS (6677).
Merci! Votre demande a été reçue.
Oups! Un problème est survenu lors de la soumission du formulaire.